Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 21:19

 

Partir avec André (président de Solidarité-Mada), le Dadabé (le grand-père) de Madagascar  c'est :

 

  • un peu de défis
  • pas mal d'aventures et de découvertes
  • et beaucoup, beaucoup de solidarité.

 

Le 17 novembre 2019 nous arrivons tous les cinq à Antananarivo. Dans notre histoire les quatre mousquetaires étaient cinq. Enfin, seulement pour deux semaines et demie car Edwige ne disposait pas des mêmes disponibilités qu’Éliane, Didier, André et moi-même, les heureux retraités du groupe ! Et oui, en 2019 des retraités, sans être riches, pouvaient s'offrir six semaines de liberté !! Mais ça, c'était avant la réforme de 2020.

Le lendemain, après une rapide visite aux amis du « quartier d'Isotry » dans lequel je ne souhaite même pas à Carlos Ghosn de purger une peine tellement c'est inhumain,

C'est dans ce quartier d'Isotry que l'association a commencé les premiers projets de 2004 à 2009 (voir projet d'aménagement sanitaire)

nous flânons dans la capitale. Nous avions déjà l'envie de la quitter du fait du taux de  pollution très élevé et des incroyables embouteillages.

 

 

La prochaine étape se déroule au village de Mandrosoa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certes, il n'y a pas d'eau au robinet, ni de robinet d'ailleurs, pas d'électricité et les sanitaires sont plus que spartiates mais l'air y est pur. La qualité d'accueil de la famille Ramilison et de l'ensemble des villageois y est bien supérieur à un cinq étoiles.

 

 

 

 

 

 

 

Et je ne vous parle pas des repas ! L'accueil paysan chez Jacqueline serait envié par les « Hilton » s'ils pouvaient savoir que ça existe.

 

 

 

 

 

 

 

Rencontres, réunions s’enchaînent avec la directrice, les enseignants, les élèves et leurs parents de l'école que "Solidarité Mada" accompagne. Quel beau travail d'échanges, de convivialité et de conduite de projets réalisé ici !

 

 

 

 

 

Par ailleurs, enfants et familles apprécient les pull-overs offerts par les mamies tricoteuses de Reyrieux.

 

Les mamies ont tricoté une cinquantaine de pulls, il y avait 27 bambins présents ce jours là. Le reste des pulls a été distribué à des familles du village et des environs qui ont des enfants en bas ages.

 

Un peu plus tard nous voilà au TAF 1 (Tantsaha Andry Fitaratra=Paysans Appui Reflet) de Ra-Georges et sa famille.

 

C'est un centre de formation paysan où permaculture et reforestation sont enseignées aux enfants de l'école de Mandrosoa que nous avons accompagnés.

 

Ici il est question de compétence, militantisme, et simplicité. Bref, j'aime passionnément.

 

 

 

Pendant ce séjour, Safidy, coordinatrice qui fait le lien entre solidarité Mada et l'école s'est affairée discrètement mais avec efficacité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le but de TAF1 est d'avoir un esprit ouvert sur l'environnement et la gestion du monde rural.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une réunion à TAF1 a permis de réunir les bases de notre projet éducatif 2020, qui sera axé sur la reforestation en créant une pépinière scolaire.

 

 

 

 

 

Mais bien vite, à mon goût, les scolaires rejoignent Mandrosoa tandis que notre petit groupe part pour Andasibé.

 

 Après 5 heures de piste et 2 heures d’ersatz de route nous arrivons au cœur du parc aux lémuriens.

Hébergés dans de charmants chalets nous reprenons goût au confort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous apprécions même d'être réveillés à 4 heures du matin par les chants des lémuriens semblables à celui de la chouette qui serait resté bloqué deux à trois minutes sur sa première note

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après cette parenthèse « douceur » nous rejoignons le deuxième centre de formation : TAF 2.

 

 

Lucien (fils de Ra-Georges), sa femme Sésé, Sylvain son frère, sa femme Pauline, Héry et Eric ses collaborateurs et amis, c'est à dire toute l'équipe du centre, sont chaleureux, passionnés, et d'une joie de vivre qui ferait oublier l'âpreté de la vie du peuple malgache.

 Voir la vidéo :  

 

 

 

 

Durant notre séjour nous nous affairons aux travaux de la rizière

 

 

 

 

 

A la pêche  aux tilapias également afin de rapporter une bonne friture pour le repas du soir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le TAF 2 possède également une école primaire pour les enfants du secteur qui sont très éloignés de l'école publique du village de Morarana Gare. Cette école tout comme le TAF sont soutenues par l'association SAM de Rennes. Lors de notre passage, dans le cadre du "voyage solidaire" nous avons laissé une enveloppe pour les familles pauvres qui ont des difficultés à payer l'inscription de leurs enfants à l'école.

 

En ces quelques jours le Dadabé nous a placés au cœur du projet de solidarité Mada : Ecole – Centre de formation - Education – Reforestation.

 

 

Maintenant place au « tourisme » !!

En ce début décembre nous avons nos premiers vrais contacts avec les inconforts des routes malgaches entre Soanierana-Ivongo et Manompana. Aventures et défis sont lancés ! Premier choc avec les pistes et la sensation d'avoir les boyaux de la tête et ceux du ventre dans un même sac. Six heures et trente minutes dans le camion russe des années 60 de Clément sur des montagnes, russes elles aussi : poussière, chaleur, le tout à 10 km/heure de moyenne.

Aventures ? Défis ? Je ne sais plus ! Épreuve, ça c'est certain.

Le camion de Clément...

 

Clément fait la navette entre Soanniérana Ivongo et Manompana pour transporter des marchandises qu'il charge au Marché. Ici son camion et la place du marché vue du balcon de l'hôtel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                 

 

 

 

 

                                              Traversée de l'estuaire en bac...

 

 

 

Arrivé du bac

 

 

    

 Voir la vidéo :  https://vimeo.com/387696045

 

 

 

Quelques dépannages plus loin, nous arriverons à Manompana tard le soir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lieu d'hébergement à Manompana est paradisiaque : petits bâtiments en bois, style centre de vacances, lovés au détour d'une baie splendide.

 

 

 

Une journée de repos (pour remettre tous les boyaux à la bonne place) et première étape pédestre de 25 km pour rejoindre Antanambao Mandrisy.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Antanambao Mandrisy

Nous rencontrons Maëva, responsable des "Lodges Villageois" avec un groupe d'habitantes. Nous faisons une halte de deux jours au cours desquels nous avons appris à « dégriffer » les girofles. 

 

 

 

 

Dégriffage des fleurs de girofle à la veillée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

                                                                                                    Nous n'oublierons pas le délicieux poulpe coco que ces dames nous ont mijoté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un des deux bungalows géré par les villageois pour accueillir les voyageurs à 60 m de la plage. 

 

 

 

Nous reprenons les sacs pour franchir, le pied léger, les 12 km qui nous séparent d'Antanambé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les écoliers emportent un peu de bois à l'école pour le repas de la cantine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Antanambé

 

Nous passons la nuit dans de petits cabanons monoplaces à dix mètres de l'océan indien chez la pétillante Angèle. Couchage à la dure, sur des planches, mais quels repas !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’arrivée des pêcheurs est très attendue, le menu dépend de la pêche du jour....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'avais jamais autant vu de lucioles que dans ces deux derniers villages, et pourtant la bière locale n'est pas très alcoolisée !

 

 

Une quinzaine de kilomètres plus loin toujours franchis à bord de nos souliers,

 

 

 

nous saluons Pascal à Sahasoa et investissons le Lodge villageois pour deux nuits.

 

 

 

 

 

 

 

Pascal guide local à Sahasoa....

 

 

Encore un Lodge géré par les femmes du village, deux bungalows et un restaurant, à 50 m de l'océan...

 

 

Toute une matinée Pascal nous guide au cœur de la luxuriante forêt  du parc Mananara Nord et nous fait découvrir vanille, girofle, manioc, cascades et coutumes locales....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une dernière étape à pied nous attend. Ce sera la plus longue : 30 km !

Bien sûr c'est long, parfois il fait très chaud, cette piste est plus difficile que les précédentes, elle quitte la RN5 des 4x4, elle traverse la forêt luxuriante et surplombe l'océan indien, elle nous laissera un inénarrable souvenir.

 

 

 

 

Nous avons croisé le boucher qui fait sa livraison de viande dans ces contrées éloignées.

 

 

 

 

 

Nous traversons la rivière sous le regard étonné et accueillant des villageoises qui voient passer des vahazas à pied...

 

 

 

 

 

Nous côtoyons les cultures de vanille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivés à Mananara, région de la culture de la vanille, fatigués mais pas épuisés, nous nous installons à l’hôtel "chez Roger" pour quelques jours. André nous présentera à ses amis, nombreux, disponibles et chaleureux comme toujours.

Il fera le plein de vanille pour solidarité Mada afin de financer les projets de l'école de Mandrosoa.

 

La magnifique baie d'Antongil...

 

 

 

Balade sur la rivière Mananara

 Pirogue creusée dans un tronc d'arbre en cours de réalisation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 15 décembre restera sans aucun doute une date emblématique pour le groupe. On peut parler de journée galère : à réserver aux aventuriers !! Plus de possibilité de prendre un bateau pour le retour c'est donc en taxi brousse et par l'indescriptible RN5 que nous allons rejoindre Tamatave. L'enfer de Dante nous attend, mais nous n'aurons pas l'occasion de pratiquer la lecture !

 

 

Attendez plus de six heures par une forte chaleur dans un lieu le plus inconfortable possible, puis placez vous dans un tonneau, lancez le pendant vingt six heures à tombeau ouvert sur une descente jalonnée d'une multitude de rochers, de bosses, de trous et n'oubliez pas d'y rajouter quantité de poussière et de fixer la température à 35° et, peut être, arriverez-vous à vous imaginer notre expérience de la RN5 ! Le passage des bacs est également folklorique, certains sont encore motorisés tandis que d'autres sont tractés à la force des bras. Aventures, défis, épreuves, sans doute les trois à la fois, mais aussi et surtout, moments partagés avec les malgaches dans la dureté de leur vie quotidienne  qui, eux, gardent leur bonne humeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Pour la suite voir la vidéo :        https://vimeo.com/387737254

 

Après un bref passage dans la capitale toujours aussi « embouteillée », nous retournons à Mandrosoa. En effet il nous faut à nouveau rencontrer les partenaires du projet. Les échanges riches et constructifs se déroulent une nouvelle fois dans une ambiance chaleureuse. L'émotion que ne peut dissimuler la directrice de l'école nous montre à quel point les enjeux sont forts pour les enfants et le village (pour en savoir plus sur les projets parcourez le blog ou la page Facebook de notre association).

 

 

 

La fin du séjour approche, une petite séquence repos s'impose afin de rejoindre la France en forme. Nous jouons donc « les petits touristes lambda » à Ampefy. Petite ville où le « Vasaha » ne s'y fait pas rare, idéale pour se refaire une santé : micro climat ni trop chaud ni trop frais, petit hôtel sympa au bord d'un lac, route qui rejoint Antananarivo avec presque pas de trous ! Le pied !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le micro-climat de cette région permet d'avoir des avocats sauvages sur une grande période de l'année

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour après un voyage très riche où nous avons pu travailler sur le projet avec l'école et l'ensemble des partenaires ; ramener suffisamment de vanille, poivre, paniers, artisanats... et ainsi envisager sereinement le financement du projet. Nous n'oublierons pas les rencontres avec beaucoup, beaucoup de gens formidables, ni nos aventures bien spécifiques d'un voyage pas comme les autres.

 

Nous avons découvert un pays riche au potentiel extraordinaire et un peuple malgache pauvre : souriant, accueillant mais pauvre.

A mon retour en France en pleine crise sociale, en pensant à tout ça je me suis demandé ce que tous nos gouvernants faisaient de nos démocraties.

 

Marcel.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Utofil 31/12/2020 19:12

Merci pour ce témoignage, j'ai la nostalgie en cette fin d'année, vous pouvez être fiers de ce que vous faites.

Mathieu Moreliere 14/02/2020 14:21

Reportage passionnant, une belle aventure humaine, émouvante et riche d'enseignements sur ce qu'est réellement l'âpreté de la vie! Merci.

DUPLOUY-DERVAL 03/02/2020 07:25

Merci pour ce magnifique reportage.
Cordialement

Présentation

  • : Le blog de dédémada
  • : A la rencontre de la population Malagasy, découvrir Madagascar. S'impliquer dans le 'Tourisme Solidaire' avec l'association "Solidarité Mada" partenaire du Secours Populaire Français.
  • Contact

Profil

  • dédémada
  • Faire partager la passion que j'ai, pour ce pays et ses habitants.
  • Faire partager la passion que j'ai, pour ce pays et ses habitants.

Recherche

Pages