Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 21:54

 

 

 

 

_2540-copie--800x600---800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

_2487--640x480-.jpg

 


Mandrosao est un village classique de l'Imerina.
De part leur courage au quotidien, leurs difficultés, leur pauvreté, leur dignité, ses habitants sont représentatifs de l'ensemble de la population paysanne des Hautes Terres.
Ils cultivent le riz, le manioc, l'ananas et diposent du minimum pour vivre, mais leur accueil et leur hospitalité sont proportionnels à leurs difficultés.






 




_2537--800x600---800x600-.jpg










_2741--1280x768--copie--800x600-.jpg












_2838--800x600---800x600-.jpg















_2492-copie--800x600-.jpg














_2482--800x600--copie-1.jpg




























     Transport des plançons de riz dans les "sobika". Ceux-ci peuvent faire jusqu'à 80 kg...












_5262--800x600-.jpg       
La saison des pluies arrive, il faut vite repiquer le riz...















_5265--800x600-.jpg








Madagascar ne parviens pas à l’autosuffisance alimentaire en riz. La production actuelle est de 3 millions de tonnes à l’année. Le pays, qui connaît encore des famines, en importe 200 000 tonnes supplémentaires pour se nourrir. Pour faire face aux famines à Madagascar et à la crise alimentaire mondiale, un système de riziculture intensive économique et  écologique pourrait améliorer la productivité.

La  technique  est  née à  Madagascar. Cette méthode   nécessite   peu  d’eau,  supprime  les pesticides  au profit  d’un compost naturel. Cela élimine les coûts liés à l’achat et  au  transport de  ces intrants chimiques fabriqués à base de pétrole. On plante le riz tous les 30 centimètres avec repiquage dès 8 jours au lieu d’un mois. De 2 tonnes à l’hectare, le rendement est multiplié par 3, au minimum.

À Madagascar, les bacheliers en agriculture sont très peu nombreux. Il y a un désengagement de l’État et des décideurs dans ce domaine de formation.  il faudrait une réelle volonté politique pour faire face au problème alimentaire.
De plus, les producteurs de pesticides font du lobbying pour que leurs produits soient achetés et utilisés partout dans le monde.
Cette culture demande plus de technicité, donc, il leur faut passer par un centre de formation. On  comprend bien qu’avec 80 % de la population malgache qui vit avec moins de 1 euro par jour, il est difficile de se former.
Une association, le SRI (système de riziculture intensive), aide les riziculteurs malgaches à atteindre l’autosuffisance alimentaire, grâce à cette méthode. Son objectif est de créer un centre de formation tous les 100 km.


Pour en savoir plus : www.srimadagascar.org 















 

 

 

 

 

 

_5280--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

_2561--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

_2608--800x600---2-.jpg









  Il est important de bien prendre la mesure de la vie des villageois des Hautes Terres. 

Les paysans sont pauvres mais très dignes et travailleurs. Leur système d'entraide basé sur la famille élargie, une sorte de communisme spontané ignore l'individualisme, tout est partagé entre tous, personne n'est livré à lui-même.

Dans leur vie quotidienne, le verbe être importe plus que le verbe avoir. Il importe de bien prendre en compte cette donnée culturelle et éthique, surtout quand l'on ne connaît que la société de consommation ou le fait d'accumuler sans fin des biens pas nécessairement utiles est un mode de vie, ou les supermarchés sont des lieux de promenades et de divertissement, où toute notre civilisation en crise est fondée sur un insatiable besoin d'avoir.

Alain Souchon chante dans Foule sentimentale : « On en met plein nos armoires/Dérision du dérisoire ». Dans les villages, il n'y a rien dans les armoires... et souvent, il n'y a pas d'armoires.

En rencontrant les paysans malgaches, c'est un véritable choc des cultures qui s'opère II faut donc impérativement respecter le mode de vie des villageois et ne pas faire étalage de nos richesses ! La richesse affective, sociale, relationnelle et spirituelle des villageois de Madagascar a certainement une tout autre valeur que la nôtre !

Avec les enfants, les femmes, les hommes des villages, il convient de faire preuve de courtoisie d'écoute, d'échange, et surtout de proscrire l'attitude paternaliste du voyageur nanti qui distribue des pièces de monnaie, des bonbons, des stylos.

Dans les villages des hautes terres personne ne tend la main, aucun enfant ne dit vazaha (donne-moi de l'argent, un stylo des bonbons) II ne faut donc pas perturber cette société par des dons dérisoires qui n'ont ni sens ni utilité et qui brisent  l'harmonie sociale.

Le voyageur qui voudra réellement aider les villageois fera un acte intelligent en offrant une somme d'argent ou des médicaments à l'ONG qui coordonne le projet, ou encore en achetant aux pépinières nationales du ministère de l'Agriculture des dizaines de plants d'arbres afin de reboiser les collines.















































Pendant l'hiver les paysans s'adonnent à la frabrication de petites voitures à partir de boites métalliques récupérées...







                Ingéniosité des Malgaches pour recycler les embalages métalliques...
























_5413--800x600-.jpg

       Ce paysan fabrique pendant la saison sèche, des arrosoirs et des lampes à pétrole...














      Polissage d'objets en corne de zébu...













_2842--800x600---800x600-.jpg











 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_7560--800x600-.jpg

       Le personnage du milieu, c'est le boucher du village.... devinez la destination du cochon...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_7483--800x600-.jpg

       Ernest et Honorine et leurs enfants... Ils sont "Artistes/paysans" au village de Mandrosoa et font partie de la troupe Ira Gasy.












_5391.jpg        La maman d'Ernest...













Plantations--800x600-.jpg       La maman d'Ernest et Honorine plantent les "vandbory".












_5471.jpg       Repiquage du riz chez Ernest.












_2443--640x480-.jpg

    

Ernest, mélange son compost à la cendre de bois, il va s'en servir comme engrais  et l'épandre dans ses rizières.













_2447--640x480-.jpg












_2455--640x480-.jpg

         Transport des sacs jusqu'à la rizière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2454--640x480-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2461--640x480-.jpg

         Epandage du compost.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2465--640x480-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2476-copie--800x600-.jpg

    En dehors des heures scolaires (pour ceux qui vont à l’école) se sont les enfants qui protègent les rizières des oiseaux destructeurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2477--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

_2451--640x480-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2452--640x480-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_5426--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

_5432.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Rocher-fendu--800x600--copie-1.jpg

Vatosilaka (le Rocher brisé).

Ce rocher de plus de 10 m de haut est fendu en deux parties entre lesquelles passe le chemin. Brisé en son centre par la foudre, il y a fort longtemps, la légende dit que le rocher a écrasé une maison, tuant trois personnes, une vache et un zébu.

 

 

 

 

 

 

 

 

_2681--800x600--copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Un tombeau pour le chien victorieux.

 

Au début du XVIIe siècle, les souverains Merina se faisaient la guerre pour s'assurer le contrôle des rizières et affirmer leur suprématie. Un jour, plutôt que de faire s'affronter leurs peuples et leurs armées, deux rois décidèrent de faire combattre leurs chiens, la victoire de l'un des deux animaux signifiant la victoire du roi son maître. Et le combat eut lieu.

Un tombeau a été édifié en hommage au chien victorieux. Il surplombe le village de son maître. Encore de nos jours, c'est un lieu sacré, un famadihana, avec spectacles de Hira Gasy, est organisé en hommage à Amboamarehy.

La guerre par chiens interposés, voilà une sagesse qui devrait être méditée par bien des bellicistes !

 

 

 

 

 

 

 

 

  _2532--800x600---800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2516-copie--800x600-.jpg

 

 

 

 

     Il n'y a pas d'eau et pas d'électricité, au village.

Se sont les enfants qui le plus souvent vont chercher l'eau à la source, au bord des rizières, à 400 m du village, avec d'ènormes seaux d'une quinzaine de litre. La côte est rude au retour.

 

 

 

 

 

 













_5327--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2525--800x600--copie-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2557-copie--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_5162--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2496--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

_2499--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2597--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2602--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_5401--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2730--800x600---800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mantasao-061--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mantasao-021--800x600--copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_7427--800x600-.jpg

 

 

  Dans ce village comme dans tout Madagascar,

se dégage un charme impalpable

qui séduit et envoûte...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dédémada - dans Les hautes terres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de dédémada
  • Le blog de dédémada
  • : A la rencontre de la population Malagasy, découvrir Madagascar. S'impliquer dans le 'Tourisme Solidaire' avec l'association "Solidarité Mada" partenaire du Secours Populaire Français.
  • Contact

Profil

  • dédémada
  • Faire partager la passion que j'ai, pour ce pays et ses habitants.
  • Faire partager la passion que j'ai, pour ce pays et ses habitants.

Recherche

Pages