Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 21:54

 

 

 

 

_2540-copie--800x600---800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

_2487--640x480-.jpg

 


Mandrosao est un village classique de l'Imerina.
De part leur courage au quotidien, leurs difficultés, leur pauvreté, leur dignité, ses habitants sont représentatifs de l'ensemble de la population paysanne des Hautes Terres.
Ils cultivent le riz, le manioc, l'ananas et diposent du minimum pour vivre, mais leur accueil et leur hospitalité sont proportionnels à leurs difficultés.






 




_2537--800x600---800x600-.jpg










_2741--1280x768--copie--800x600-.jpg












_2838--800x600---800x600-.jpg















_2492-copie--800x600-.jpg














_2482--800x600--copie-1.jpg




























     Transport des plançons de riz dans les "sobika". Ceux-ci peuvent faire jusqu'à 80 kg...












_5262--800x600-.jpg       
La saison des pluies arrive, il faut vite repiquer le riz...















_5265--800x600-.jpg








Madagascar ne parviens pas à l’autosuffisance alimentaire en riz. La production actuelle est de 3 millions de tonnes à l’année. Le pays, qui connaît encore des famines, en importe 200 000 tonnes supplémentaires pour se nourrir. Pour faire face aux famines à Madagascar et à la crise alimentaire mondiale, un système de riziculture intensive économique et  écologique pourrait améliorer la productivité.

La  technique  est  née à  Madagascar. Cette méthode   nécessite   peu  d’eau,  supprime  les pesticides  au profit  d’un compost naturel. Cela élimine les coûts liés à l’achat et  au  transport de  ces intrants chimiques fabriqués à base de pétrole. On plante le riz tous les 30 centimètres avec repiquage dès 8 jours au lieu d’un mois. De 2 tonnes à l’hectare, le rendement est multiplié par 3, au minimum.

À Madagascar, les bacheliers en agriculture sont très peu nombreux. Il y a un désengagement de l’État et des décideurs dans ce domaine de formation.  il faudrait une réelle volonté politique pour faire face au problème alimentaire.
De plus, les producteurs de pesticides font du lobbying pour que leurs produits soient achetés et utilisés partout dans le monde.
Cette culture demande plus de technicité, donc, il leur faut passer par un centre de formation. On  comprend bien qu’avec 80 % de la population malgache qui vit avec moins de 1 euro par jour, il est difficile de se former.
Une association, le SRI (système de riziculture intensive), aide les riziculteurs malgaches à atteindre l’autosuffisance alimentaire, grâce à cette méthode. Son objectif est de créer un centre de formation tous les 100 km.


Pour en savoir plus : www.srimadagascar.org 















 

 

 

 

 

 

_5280--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

_2561--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

_2608--800x600---2-.jpg









  Il est important de bien prendre la mesure de la vie des villageois des Hautes Terres. 

Les paysans sont pauvres mais très dignes et travailleurs. Leur système d'entraide basé sur la famille élargie, une sorte de communisme spontané ignore l'individualisme, tout est partagé entre tous, personne n'est livré à lui-même.

Dans leur vie quotidienne, le verbe être importe plus que le verbe avoir. Il importe de bien prendre en compte cette donnée culturelle et éthique, surtout quand l'on ne connaît que la société de consommation ou le fait d'accumuler sans fin des biens pas nécessairement utiles est un mode de vie, ou les supermarchés sont des lieux de promenades et de divertissement, où toute notre civilisation en crise est fondée sur un insatiable besoin d'avoir.

Alain Souchon chante dans Foule sentimentale : « On en met plein nos armoires/Dérision du dérisoire ». Dans les villages, il n'y a rien dans les armoires... et souvent, il n'y a pas d'armoires.

En rencontrant les paysans malgaches, c'est un véritable choc des cultures qui s'opère II faut donc impérativement respecter le mode de vie des villageois et ne pas faire étalage de nos richesses ! La richesse affective, sociale, relationnelle et spirituelle des villageois de Madagascar a certainement une tout autre valeur que la nôtre !

Avec les enfants, les femmes, les hommes des villages, il convient de faire preuve de courtoisie d'écoute, d'échange, et surtout de proscrire l'attitude paternaliste du voyageur nanti qui distribue des pièces de monnaie, des bonbons, des stylos.

Dans les villages des hautes terres personne ne tend la main, aucun enfant ne dit vazaha (donne-moi de l'argent, un stylo des bonbons) II ne faut donc pas perturber cette société par des dons dérisoires qui n'ont ni sens ni utilité et qui brisent  l'harmonie sociale.

Le voyageur qui voudra réellement aider les villageois fera un acte intelligent en offrant une somme d'argent ou des médicaments à l'ONG qui coordonne le projet, ou encore en achetant aux pépinières nationales du ministère de l'Agriculture des dizaines de plants d'arbres afin de reboiser les collines.















































Pendant l'hiver les paysans s'adonnent à la frabrication de petites voitures à partir de boites métalliques récupérées...







                Ingéniosité des Malgaches pour recycler les embalages métalliques...
























_5413--800x600-.jpg

       Ce paysan fabrique pendant la saison sèche, des arrosoirs et des lampes à pétrole...














      Polissage d'objets en corne de zébu...













_2842--800x600---800x600-.jpg











 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_7560--800x600-.jpg

       Le personnage du milieu, c'est le boucher du village.... devinez la destination du cochon...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_7483--800x600-.jpg

       Ernest et Honorine et leurs enfants... Ils sont "Artistes/paysans" au village de Mandrosoa et font partie de la troupe Ira Gasy.












_5391.jpg        La maman d'Ernest...













Plantations--800x600-.jpg       La maman d'Ernest et Honorine plantent les "vandbory".












_5471.jpg       Repiquage du riz chez Ernest.












_2443--640x480-.jpg

    

Ernest, mélange son compost à la cendre de bois, il va s'en servir comme engrais  et l'épandre dans ses rizières.













_2447--640x480-.jpg












_2455--640x480-.jpg

         Transport des sacs jusqu'à la rizière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2454--640x480-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2461--640x480-.jpg

         Epandage du compost.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2465--640x480-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2476-copie--800x600-.jpg

    En dehors des heures scolaires (pour ceux qui vont à l’école) se sont les enfants qui protègent les rizières des oiseaux destructeurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2477--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

_2451--640x480-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2452--640x480-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_5426--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

_5432.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Rocher-fendu--800x600--copie-1.jpg

Vatosilaka (le Rocher brisé).

Ce rocher de plus de 10 m de haut est fendu en deux parties entre lesquelles passe le chemin. Brisé en son centre par la foudre, il y a fort longtemps, la légende dit que le rocher a écrasé une maison, tuant trois personnes, une vache et un zébu.

 

 

 

 

 

 

 

 

_2681--800x600--copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Un tombeau pour le chien victorieux.

 

Au début du XVIIe siècle, les souverains Merina se faisaient la guerre pour s'assurer le contrôle des rizières et affirmer leur suprématie. Un jour, plutôt que de faire s'affronter leurs peuples et leurs armées, deux rois décidèrent de faire combattre leurs chiens, la victoire de l'un des deux animaux signifiant la victoire du roi son maître. Et le combat eut lieu.

Un tombeau a été édifié en hommage au chien victorieux. Il surplombe le village de son maître. Encore de nos jours, c'est un lieu sacré, un famadihana, avec spectacles de Hira Gasy, est organisé en hommage à Amboamarehy.

La guerre par chiens interposés, voilà une sagesse qui devrait être méditée par bien des bellicistes !

 

 

 

 

 

 

 

 

  _2532--800x600---800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2516-copie--800x600-.jpg

 

 

 

 

     Il n'y a pas d'eau et pas d'électricité, au village.

Se sont les enfants qui le plus souvent vont chercher l'eau à la source, au bord des rizières, à 400 m du village, avec d'ènormes seaux d'une quinzaine de litre. La côte est rude au retour.

 

 

 

 

 

 













_5327--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2525--800x600--copie-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2557-copie--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_5162--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2496--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

_2499--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2597--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2602--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_5401--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_2730--800x600---800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mantasao-061--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mantasao-021--800x600--copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_7427--800x600-.jpg

 

 

  Dans ce village comme dans tout Madagascar,

se dégage un charme impalpable

qui séduit et envoûte...

 

Repost 0
Published by dédémada - dans Les hautes terres
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 08:30

 

 

 

Les hautes terres de Madagascar où hauts plateaux sont une région montagneuse située dans le centre du pays, au-dessus de 800 m d'altitude.

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-3943--Copier-.JPG

 

S'étendant sur plusieurs centaines de kilo­mètres autour d'Antananarivo, au cœur de l'Imerin'ambaniandro (l'Imerina), une région essentiellement agricole, les Hautes Terres constituent le foyer historique, culturel et économique du pays.

C'est ici que la densité de population est la plus forte. L'histoire des habitants  est  liée  à  celle  de  la  monarchie  des  Mérinas,    (prononcez « Mernes ») « ceux qui habitent les hau­teurs », qui étendit son emprise sur toute l'île en soumettant les peuples voisins.

Ici, au XVIII,siècle, s'est constitué le puissant royaume qui donna naissance à l'Etat malgache, lorsque le roi Andrianampoinimerina déclara vouloir unir tous les peuples de la Grande île.

Aujourd'hui, le territoire des Mérinas s'étend à l'est jusqu'aux falaises qui mènent aux régions côtières, à l'ouest (« Imamo »)jusqu'au Bongolava, au sud (« Vakinankaratra ,) jusqu'à la rivière Mania. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-3953--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Les Hautes Terres ne se résument pas seulement aux Mérinas et à la capitale malgache : si ces derniers tiennent encore les rênes de l'économie, c'est-à-dire les terres et les moyens de production, ils ne sont pas le seul peuple des hauts plateaux : en effet, ils cohabitent avec les Betsileos (dont Fianarantsoa est la capitale), les Tanalas. les Baras. les Sihanakas, les Vezos du Sud. les Betsimsarakas de l'Est ou les Sakalaves des terres arides de l'Ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-7230--Copier--copie-1.JPG

 

 

 

 

  A 70 km à l'Est d'Antananarivo le marché aux zébus d'Ambatonapoaka.

 

Certains éleveurs marche plusieurs jours, voir plusieurs semaines avec leur troupeau pour se rendre au marché le plus proche de la capitale.

En l'absence de routes praticables et de camions frigorifiques se sont les animaux que l'on déplacent pour s'approcher du consomateur.

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-7236--Copier-.JPG

 

 

 

 

 A Madagascar, le zébu est le symbole de la richesse et de la puissance. Il est sacrifié lors des fêtes traditionnelles et notamment lors du retournement des morts (famadihana).

Les dahalo (voleurs) de zébus, sont un fléau dans la région.

Une centaine de zébus sont volés chaque mois. Chez les Antandroy la coutume veut que pour qu'un jeune devienne adulte et pour pouvoir se marié, il doit montrer sa bravoure par le vol de zébu. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2517-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2532-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2534-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2547-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le zébu est sacré. L'île compterait d'ailleurs presque autant de bovidés que d'habitants. Principale viande consommée dans le pays, il est surtout un symbole de puissance et un signe extérieur de richesse.

Les paysans n'ont pas de compte en banque, leur caisse d'épargne se sont les zébus.

Nombre de proverbes lui sont consacrés et le zébu est l'incarnation de la sagesse, de la richesse du ménage, de l'espoir en l'avenir.

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2521-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2558-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-7209--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les grands troupeaux sont convoyés à pied du Grand Sud vers les marchés aux bestiaux proches de la capitale. Convoités par les pillards, les zébus sont conduits les armes à la main, lances et fusils en bandoulière et depuis peu, ils sont quelques fois accompagnés par des militaires. Une marche forcée de plusieurs semaines à braver le danger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2527-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2529-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2513-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2506-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

                                                       Vente de fouets

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      Démonstration de l'utilisation du fouet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2509-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-7306--Copier--copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-7244--Copier--copie-2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-7246--Copier--copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2573-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2552-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2575-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2565-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2499-Ambatonapoaka-marche-aux-ze.JPG

 

              Le coiffeur à établie sont salon dans l'enclave d'un rocher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2075-Ampefy-lac-Itasy--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

  Ampefy, la région des volcans

Ses paysages volcaniques, son sol fertile et ses habitants si attachants distinguent Ampefy des autres régions. Mais cette ville dispose également d’un atout considérable, car elle comprend l’une des sites touristiques le plus visités sur l’île, la chute de la Lily à Antafofo.

Mesurant 26 mètres de haut, cette chute provient du lac Itasy formé par un ancien cratère.

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-4843-bis--Copier-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

      La légende

 

      Pourquoi la "chute de la Lily" ?  Il est dit que le nom vient de la fille d'un colon venu habiter sur les lieux, il a perdu sa fille baptisée Lily dans la chute. Cette dernière est tombée dans l'eau alors qu'elle jouait sur les bords de la rivière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les-hautes-terres-Ampefy-2015-La-Lily--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2018-La-Lily-vendeuses-souvenir--C.JPG

                                     Vendeuses de souvenirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2028-La-Lily-portrait--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                        Comité d'accueil sur le parking des chutes de la Lily

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2009-Chute-de-la-Lily-Cameleon--.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2048-Ampefi--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                             Trieuses de pady

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2073-Ampefy-lac-Itasy--Copier-.JPG

 

                                                 Ampefy, le lac Itasy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2422-Ampefy-lac-Itasy-Hotel-La-Te.JPG

                                      Ampefy hôtel "La terrasse"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2440-Ampefy-a-l-aube--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2469-Ampefy-lac-d-Isaty--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2449-Ampefy-lac-d-Isaty--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2454-Ampefy-lac-d-Isaty--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2446-Ampefy-vendeuse-de-charbon-de.JPG

                                    Vendeuse de charbon de bois

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2069-Ampefy-vendeuse--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2104-Ampefy-marchand-de-beignets--.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2127-Ampefy-route-des-geysers--Cop.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2128-Ampefy-route-des-geysers--Cop.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2297-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Témoignage d'une région volcanique, les Geysers d’Andranomandroatra « là où il y a de l’eau qui bouillonne »

A quelques kilomètres de la RN1, à la sortie Ouest d’Analavory se trouve le site géologique intéressant et surprenant. Situé sur la rivière Imazy, les geysers sont des sources jaillissant de manière discontinue en gerbes de vapeur et d’eau chaude.

Ce sont des résurgences d’eau très minéralisée en fer et en souffre qui ont formé au fil du temps des concrétions multicolores.

De petites stalactites aux couleurs chaudes se sont formées jusqu’aux abords de la rivière, offrant un surprenant spectacle.

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2158-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy 2170 Ampefy Site Andranomandroatra

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2173-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2195-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2236-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2250-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2271-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2288-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2286-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2277-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2284-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2291-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2303-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2300-Ampefy-Site-Andranomandroatra.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2317-Ampefy-route-du-Site-Andranom.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2384-Ampefy-route-du-Site-Andranom.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2349-Ampefy-route-du-Site-Andranom.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2347-Ampefy-route-du-Site-Andranom.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-hautes-terres-Ampefy-2334--Ampefy-Site-Andranomandroatr.JPG

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by dédémada - dans Les hautes terres
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 13:34



Fianarantsoa-0461--640x480-.JPG

Fianarantsoa est l'étape obligée sur la route du Sud, faisant partie des plaines de la cote EST et des hautes terres centrales Fianarantsoa connait un climat caractéristique des Hauts plateaux et de la région Betsiléo

Chaud et Humide de Novembre à Février, Chaud et sec de Mars à Mai, Frais de juin à Octobre

Le nom Fianarantsoa " La ou l'on apprend le bien" a été donné par la reine Ranavalona 1ere en remplacement de " Ivonea" .

Ses escaliers et ses ruelles font d'elle, une des plus belles villes malgaches, à l'image de la capitale, c'est aussi aussi le centre catholique et académique de madagascar avec ses missions, ses institutions littéraires et ses établissement scolaires et son université.


STB 9377 [640x480]

 

 

 

 

Fianarantsoa 9383 [640x480]

 

 

 

 

Fianarantsoa 0473 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9407 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9411 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9413 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9414 [640x480]

 

 

 

Centre commercial et carrefour routier, Fianarantsoa est reliée par le chemin de fer à Manakara sur la côte est.

La région, située à 1 200 mètres d'altitude sur les hauts plateaux de la région du Bétsiléo, cultive partiellement le tabac, le riz, le raisin et le café. Elle possède également des fermes spécialisées dans l'élevage du bétail, des savonneries et des huileries.

Les industries locales reposent sur le traitement du riz, le conditionnement de la viande de zébu, la fabrication de briques et le travail du bois. C'est aussi ici que l'on produit le meilleur vin de l'île.

Les cépages, importés par des Français et des Suisses, donnent des vins rouges, rosés et blancs au goût assez fruité, qui se dégustent dans les caves des vignobles entourant la ville.

 

 

 

 

Fianarantsoa 9306 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9416 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9308 [640x480]Fianarantsoa 9325 [640x480]

 

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9314 [640x480]

 

 

C'était le 20 octobre 2007, toute la ville était mobilisée pour accueillir Marc Ravalomanana ( le président déchu en février 2008 par une révolte populaire, voir la "Révolution Orange" Malgache).

Il venait soutenir le candidat de son parti (le TIM) qui se représentait à la Mairie de Fianarantsoa.


Fianarantsoa 9337 [640x480]

 

 

 

 

Fianarantsoa 9304 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9330 [640x480]

 

 

 

 

Fianarantsoa 9331 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9354 [640x480]

 

 

 

 

Fianarantsoa 9356 [640x480]

 

Dans la délégation quelle ne fut pas notre surprise de voir "Léticia Hallyday", représentant l'UNICEF; Je n'ai pas pris la photo car les bras m'en sont tombé de voir que cette association soutienne un tyran, qui ne faisait qu'agraver la misère dans son pays.

 

 

 

 

Fianarantsoa 9406 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 9399 [640x480]

 

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0841 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0839 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0563 [640x480]

 A la tombée de la nuit nous avons rencontré un charbonnier qui rentrait de la forêt.

 Il s'était arrêté dans quelques gargottes et il avait forcé sur le "betsabeta".


Fianarantsoa 0562 [640x480]

 

 

 

 

Fianarantsoa 0570 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0556 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0467 [640x480]

 

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0516 [640x480]

 

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0531 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0528 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0529 [640x480]

         Une très belle récolte s'annonce.


Fianarantsoa 0537 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0533 [640x480]

 

 

 

 

 

Fianarantsoa 0534 [640x480]

 

 

 

 

 

Arc-en-ciel--640x480-.jpg

     

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 









 

 

 

 

 

Repost 0
Published by dédémada - dans Les hautes terres
commenter cet article
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 14:29

 

 

 

       Le bastion d'Antongona, demeure des Rois de l'Imérina...



Antongona :

Du village, construit sur la terrasse supérieure, il ne reste rien ; en revanche, de beaux restes des murailles ceinturant le rova donnent une idée des défenses de la place.

Au sommet s’élèvent deux case royales construites sur le modèle de celles du roi Andrianampoinimerina dont l’une est transformée en musée, tombeau du roi Andriambaoka.
Le site est grandiose et chargé de mystères.

Un proverbe rappelle la fin du village : « efa ho lava ny afon’ Antongona » (on en a assez des feux d’Antongona.) En effet, les villageois allumaient les feux d’alerte à tort et à travers. Le jour où le village fut vraiment attaqué, les feux brûlèrent en vain. Personne ne vint secourir le village et le village fut détruit.






       L'une des six portes qui donnent accès au village.











 







 

 






 










 

 

 

 

IMG 2642 [640x480]

 

 

 

 

_2681--800x600--copie-1.jpg

      ancien tombeau juché sur un rocher

 

 

 

 

IMG_2646--640x480-.jpg

 

 

IMG_2647--640x480-.jpg

 

IMG_2649--640x480-.jpg

 

IMG_2651--640x480-.jpg

 

IMG_2650--640x480-.jpg

 

IMG_2652--640x480-.jpg

 

IMG_2644-copie--640x480-.jpg

 

 

 

Jadis la région était habitée par les vazimba Zanakalondrano.Les traditions orales rapportent que le village fortifié a été 
fondé au XVIe siècle au tempsdu roi Ralambo (1575 1610).Ralambo y envoya Andriambodivato accompagné des fils 
d'Andriampolofatsy, d'Andriampanorimanga et ceux de Zanadrabavy pour occuper la région, repousser les vazimba plus à l'ouest et garder cette porte de l'Imerina (vavan tany) contre les incursions sakalava.

Au XVIIe siècle à l'époque du roi Andriamasivalona (1610 1675) Antongona formait la partie sud de la région Vakiniombifotsy.

Au XVIIIe siècle Antongona devint la capitale de l'Ambodirano comprenant Fenoarivo, Antongona, Antsahadinta, Ambodimandry) une des 6 provinces de l'Imerina (Imerina,Enintoko) du roi Andrianampoinimerina.

Au XVIIe XVIIIe deux roitelets connus: Andriamanoro ou Andriamioro, Andrianjafimioro son petit fils roitelet de Ambodirano

A la fin du XVIIIe siècle le pouvoir aurait été déplacé à Andramasina. Antongona fut placé sous la direction du Vadintany (représentant de la justice royale) Andriantsolo fils de Andrianjafimioro placé là par Andrianampoinimerina pour le compte du Vakinisisaony et de l'Ambodirano.

A partir du XIXe siècle, la paix retrouvée en Imerina, les habitants abandonnèrent le sommet de la colline pour s'établir dans la plaine plus proche des terrains de culture.

 

 

 

 

_2639--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

_2654--800x600-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

_2666--640x480--copie-1.jpg

 

 

 

 





















Atelier du charon, ou se fabrique les charettes de la région...

Repost 0
Published by dédémada - dans Les hautes terres
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de dédémada
  • Le blog de dédémada
  • : A la rencontre de la population Malagasy, découvrir Madagascar. S'impliquer dans le 'Tourisme Solidaire' avec l'association "Solidarité Mada" partenaire du Secours Populaire Français.
  • Contact

Profil

  • dédémada
  • Faire partager la passion que j'ai, pour ce pays et ses habitants.
  • Faire partager la passion que j'ai, pour ce pays et ses habitants.

Recherche

Pages