Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 19:34

 

 

 

Projet-ecole-6259-2--images-blog-.jpg

 

 

 

Dans le cadre du projet de développement rural commencé en 2009 avec l'association FIMPAMPIMA, en fonction du bilan réalisé en 2011 nous avons été amenés à modifier et réorienter notre projet en partant de l’éducation des enfants.

 

 

Bilan des 2 années écoulées :

 

Le Secours populaire a financé :

  1. Une aide aux paysans pour l'élevage de porcs.

  2. La formation au TAF d’Ambohimiadana sur les modes de cultures permettant un meilleur rendement et l'accession à l'autonomie alimentaire.

 

 

-Elevage porcin : échec dû en partie à une épidémie de peste africaine qui a sévi dans leProjet-ecole 5488 [images blog] pays et également peut-être à un mauvais choix de cochons, issus d'un élevage "industriel" d'où une alimentation inadaptée fragilisant les animaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

-Culture du riz par la méthode SRI : en progression grâce à la formation effectuée en 2011 par le TAF d’Ambohimiadana. Le village a gagné le concours organisé par la région.Projet-ecole-8777--images-blog-.JPG En récompense le ministère envoie un formateur afin de perfectionner et développer cette pratique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite au constat du manque de fonctionnement de l’association et du non respect de la charte signée en réunion en novembre 2010 par l’ensemble des adhérents, nous avons pris la décision de suspendre l’aide financière en accord avec le bureau de l’association FIMPAMPIMA jusqu’à ce que les engagements pris aient été tenus.

Les changements de pratiques et de mentalité sont moins rapides que ce que nous pouvions espérer et le besoin de prendre les choses à la base nous parait nécessaire.

Ce qui a été négatif a été fait sans préparation par contre la partie positive est le résultat de la formation au centre du TAF.

 

Nous réorientons donc notre projet sur la formation dès l’école primaire en accord avec les parents d’élèves.

A noter que l'on retrouve beaucoup de paysans du village qui faisaient partie du projet de développement rural.

 

 

 

P1010166--images-blog-.JPG

 

L’école de Mandrosoa

Elle est constituée depuis 2010, d’un bâtiment de 3 salles de classe pour 128 élèves du CP au CM2. Les prévisions d’effectifs vont en augmentant (150). Les enseignants sont au nombre de 3 .Ils espèrent augmenter l’équipe de 2 enseignants.

Les parents d’élèves complètent le salaire des enseignants payé par le ministère de l’éducation(130 000 ar/mois)

 par 750 kilos de paddy (riz) et 200 000 ar/an.

Les fournitures scolaires sont à la charge de l’école.

Tous les enfants mangent à la cantine moyennant une contribution de 5 kapoks de riz et de 400 ariary par mois. Le salaire de la personne responsable de la cantine est aussi à la charge des parents 11 000 ariary et 15 kg de paddy par enfant et par an.

L'effort des enseignants, des parents et des élèvent se mesure par le taux de réussite aux examens : 95,83 % pour l'année scolaire 2009/2010 et 100 % pour 2010/2011, ils ont obtenus le premier rang et le meilleur élève au sein de la circonscription. En 2011/2012, 100 % de réussite et les 4 meilleurs élèves de la circonscription.

 

 

Projet-ecole 8686 [images blog]

 

 

 

 

 

Projet-ecole-8687--images-blog--copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1010173--images-blog---Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1010169--images-blog---Copier---2-.JPG

 

 

 

 

 

 

  P1010170--images-blog---Copier---2-.JPG

 

 

 

Nouveau projet

La décision est prise de construire un nouveau bâtiment pour créer les 2 classes supplémentaires.

Le Secours Populaire financera :

  • l’achat des matériaux, briques, ciment, tôle pour la toiture, poutres pour la charpente, bois de coffrage, menuiserie, main d’œuvre.

 

  • Un projet éducatif basé sur le respect de la nature et un programme de sensibilisation à la reforestation.

  • Un séjour dans le centre de formation TAF d'Ambohimiadana pour les élèves de terminal et les instituteurs.

  • La rémunération de la personne responsable de la coordination et du suivi du projet en lien avec le projet de développement rural sur une période d’un an.

 

Les parents d’élèves

se chargent du sable et de son transport depuis la rivière.

 

Les villageois

s’occupent des fondations et une partie de la construction sous la direction d’artisans.

 

Pour le début des travaux les villageois doivent consulter par tradition l’astrologue pour fixer la date. Pour l’implantation et les fondations le chef du fokontany (chef de village) sera invité. La construction doit être terminée avant la saison des pluies.

La coordination sera assurée par Jeanne Bernard Andoniaina (dite: Ando) de l'association Gasy Mirindra. Elle assurera par la suite le suivi et le lien avec le projet de développement rural.

 

Il est important de préciser que le pays a été victime d’une forte déforestation (pillage du bois pendant la période coloniale) qui se poursuit encore de nos jours, (notamment le bois de rose dans la fôret pimaire), par des pratiques ancestrales de culture sur brûlis qui dégénèrent souvent en feux de brousse dévastateurs, et que d’autre part le changement climatique entraîne une diminution de la quantité d’eau disponible pour les cultures.

Il faut donc amener les paysans à faire évoluer leurs méthodes comme le suggère le centre de formation d’Ambohimiadana.

Projet-ecole-8473--images-blog-.JPG

 

 

 

 

Nos objectifs :

-Sensibiliser les enfants et par leur intermédiaire les parents à la nécessité du reboisement et de l’entretien des forêts en particulier et de l’environnement en général.

-Il est important qu’une personne assure le lien entre les enseignants, les parents, les enfants et le centre de formation du TAF d’Ambohimiadana qui a déjà fait ses preuves sur la riziculture.

-Revalorisation du monde rural par une ouverture sur l’écotourisme avec l’accueil paysan accompagnée de gestes symboliques comme la plantation d’un arbre soit par les touristes soit par les enfants soit conjointement.

 

 

 

Projet éducatif :

Ando a pour mission de mettre en place le projet éducatif en lien avec les parents d'élèves, les instituteurs et le centre de formation d'Ambohimiadana.

Dans le cadre de l'accueil paysan elle aura à charge de créer un lien avec les touristes où voyageurs en organisant la plantation d'un où plusieurs arbres avec les enfants de l'école. Un budget pour l'achat de 40 arbres est prévu.

Cette action peut permettre le financement par les visiteurs de quelques arbres supplémentaires.

 

Une fois par an une action de sensibilisation de grande envergure aura lieu sur la reforestation de la colline aux environs du village, avec le concourt de la commune et des formateurs du T.A.F. Un budget pour 80 arbres est prévu à cet effet.

Les élèves, les parents, les instituteurs, les élus ainsi qu'une grande partie de la population doivent être associé à cette action.

Les élèves de terminal se verront offrir un voyage d'étude en fin d'année et un séjour de trois jours au centre de formation d'Ambohimiadana.

Le centre se trouve à 120 km de Mandrosoa, cela nécessite la location d'un véhicule pour assurer le transport, l'encadrement se fera par les instituteurs et Ando. Un budget est prévu pour la location du véhicule, l’hébergement et la nourriture.

 

 

 

 

  Déroulement du projet

 

Le 05 Novembre 2011

une petite réunion s'est tenue dans une la salle de classe avant
les premiers coups de bêche.

 

DSCF1737--640x480-.JPG

De G à D : L'instituteur, le vice président du Fokontany, les représentants des parents d'élèves

 

 

 

 

Tous les parents d'élèves sont venus avec leur bêche et même d'autres villageois qui estiment que c'est important de se donner la main puisqu'il s'agit d'un bien commun.

DSCF1738--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En bleu la directrice de l'école, adressant ses remerciements aux parents d'élèves ainsi qu'aux villageois

 

DSCF1739--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le discours de la directrice au tour du président de fokontany

(en tunique bleue)

DSCF1741--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et les parents d'élèves très attentifs...

DSCF1742--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pendant que les discours continuent :
on prépare un bon repas pour tous le monde

DSCF1745--640x480-.JPG

 

Au menu du « vary gasy » (riz rouge de madagascar) et du porc aux haricots

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1749--640x480-.JPG

Selon la tradition, on doit verser du rhum au sol avant de commencer les travaux.
En hommage aux ancêtres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1752--640x480-.JPG

Un petit peu sur la tête également

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1751--640x480-.JPG

N'oublions surtout pas le gosier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1753--images-blog--copie-1.JPG

Honneur aux « rayman-dreny » les doyens du village qui apportent leur bénédiction.

La dame en bleu est la propriétaire du terrain. Consciente des besoins du village, elle a légué la parcelle à l'école, assurant ainsi l'avenir des siens.
Elle aurait cent ans....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1755--640x480-.JPG

 

 

 

 

Passons maintenant aux choses sérieuses

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1756--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1757--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1759--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF1772--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-2596--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EPP-Mandrosoa-054--images-blog-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-5780--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole 5781 [images blog]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-5789--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6163--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6183--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-5795--images-blog-.JPGUne petite pose bien méritée, pour déguster une THB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6195--images-blog----Copie.JPGPose de la plaque comémorative

 

 

 

 

 

MVI_6306_0001--images-blog--copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Le samedi 17 décembre 2011

nous organisons, avant mon départ,  une rencontre avec les parents d'élèves, les instituteurs, les autorités locale, les artisans et les enfants pour inaugurer cette construction, bien qu'elle ne soit pas tout à fait terminée.

 

 

 

 

 

 

 

La cérémonie commence par la montée des couleurs

 

si ce geste peut paraitre militaire, il n'en reste néanmoins émouvant et respectueux des institutions et notemment ici de l'école publique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6317--images-blog-.JPG

 

 

Présentations du déroulement de la cérémonie par le secrétaire des parents d'élèves et intervention des autorités locales

 

 

 

 

Projet-ecole-6315--images-blog----Copie.JPG

Le chef du Fokontany

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6340--images-blog----Copie.JPG

Le représentant de l'éducation nationale 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6331--images-blog----Copie.JPG

La directrice de l'école 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6321--images-blog-.JPG

Le président des parents d'élèves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6337--images-blog----Copie.JPG

Le "vazaha" représentant le comité du Secours Populaire

de Neuville sur Saône

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6355--images-blog----Copie.JPG

Le doyen du village

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Projet-ecole-6317--images-blog----Copie.JPG

De gauche à droite: Ando chargée du suivi du projet. André, représentant du Secours Populaire. Jacqueline qui a été d'une aide précieuse dans toute l'organisation des travaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6335--images-blog----Copie.JPGEt pendant ce temps les enfants, très attentifs...

à en faire pâlir de jalousie les instituteurs de chez nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite place à la fête

 

 

 

 

 


 


 

 

 

Projet-ecole-6271--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6272--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 


 


 


 


 


 


 

 

 

 

 

 

Projet-ecole 6266 [images blog]

Les enfants sont ravis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6284--images-blog----Copie.JPG

Les adultes aussi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6292--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pendant ce temps...

 

Projet-ecole-6262--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6263--images-blog----Copie.JPGAu menu le traditionnel riz rouge avec haricots et porc...

Un régal.....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole 6425 [images blog] - Copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole 6429 [images blog]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6432--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6440--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6437--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6454--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6442--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6443--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6445--images-blog-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Première réalisation matérielle du
« Projet éducatif»


 


 


 

 

 

Projet-ecole-6396--images-blog----Copie.JPG

Ce Jacaranda  portera l'ombre
à la cour de récréation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6399--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole 6402 [images blog] - Copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6401--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6407--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6405--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a un arbre par classe, un pour les instituteurs et un pour les parents d'élèves. Chacun aura à charge de l'entretenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6411--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6400--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6416--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6412--images-blog----Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Projet-ecole 6389 [images blog]

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet-ecole-6421--images-blog-.JPG

 

 

 

Quand tu es jeune,
Plante un arbre.
son ombre te protégera
pour tes vieux jours


Proverbe  malagasy

 

 

 

 

Un grand merci

à Létice, Jean Jacques, Martine et Patrick

pour leur conseils et leur aide précieuse

sur le terrain.

 

 

 

  Ce Projet , est entièrement financé

            avec la vente de la vanille que nous rapportons de

                           Mananara sur la côte Est.

          C'est  du tourisme solidaire que nous avons

               développé avec l'association "Gasy Mirindra"

 

  Merci aux personnes qui ont participées de près ou de loin au projet.

 

       Je pense bien sur aux  bénévoles de Solidarité Mada et du Secours Populaire,

      qui ont acceptes ce projet et qui se mobilisent pour la vente de la vanille,

         mais aussi à toutes les personnes rencontrées au cours

         de mes périples et qui ont répondu à ma demande

                Prendre un peu de vanille dans leurs bagages .

          Depuis 2005  les touristes peuvent rapporter  2 kg de

               vanille dans leurs valises.  

      

       Merci à Didier Galand d'Evian,

Alain Weiss de Strasbourg,

   Raymond Marion de LaTour du Pin

        Emeline Mauro de la Celles Saint-Cloud,

          Patrice et Nathalie de Lyon

         Rosy et J. Claude Bauman de Montanay

Patrick Peyraud de Roanne.

Thierry Cornée de Paris

Létice et Jean Jacques  Cornand de Beauvoisin

Martine et Patrick  Bardin de Saint Romain

Michel Marcende de la Drôme

 

 

Voir d'autres Projets

Développement rural   icon_arrow.gif

Aménagement sanitaire  icon_arrow.gif

 Accès à l'informatique   icon_arrow.gif

 

 

 

Repost 0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 18:31

Logo secours pop.calque copie

Un nouveau projet vient d'être lancé par le Comité du Secours Populaire de Neuville sur Saône en partenariat avec les associations Gasy Mirindra  et fimpampima Mandrosoa.


               SRI-2.jpg                                              Historique.

 De 2004 à 2007 nous avons, avec l’Association Gasy Mirindra développé un projet d’aménagement sanitaire sur le quartier d’Isotry. L’objectif était de sensibiliser la population sur le curage et l’entretien permanent d’un canal d’évacuation des eaux de pluie, pour éviter les inondations. Nous avons également organisé un arbre de Noël et soutenu l’Association du quartier par l’achat de matériel informatique, pour améliorer son fonctionnement.

Ces objectifs nous semble atteints puisque le canal est maintenant nettoyé régulièrement, et l’association continue d’oeuvrer en phase avec ses objectifs, Culture, Education, Tourisme et Développement.

Sans dire que les problèmes sanitaires sont réglés, car il reste encore beaucoup à faire, nous avons décidé d’orienter notre projet, toujours avec Gasy Mirindra, sur un autre problème crucial à Madagascar l’autosuffisance alimentaire.

 

Avec l’accélération des politiques libérales, axées sur le pillage des richesses, Madagascar n’a plus les moyens de nourrir sa population. Rien n’a été fait pour développer son agriculture vivrière et notamment la riziculture, qui ne produit actuellement en moyenne que 2 tonnes de riz à ha.  L’état vend le riz Malgache de très bonne qualité pour l’exportation et dans le même temps importe chaque année 200 000 tonnes de riz cultivé industriellement au Pakistan.

L’autosuffisance alimentaire est un des leviers du co-développement durable de Madagascar. Ce co-développement est une alternative à un libre-échange destructeur qui vise à faire de ces pays des concurrents, et non des partenaires.

 

Dans cette lutte pour l’autosuffisance, il existe une technique agronomique qui permet d’augmenter les rendements en riz, sans engrais chimiques ni pesticides de synthèse : le SRI (Système de riziculture intensive) : cette méthode a été inventée il y a plus de 25 ans à Madagascar.

 

Quelle est cette technique ?

Il s’agit de repiquer des plants plus jeunes (âgés de 8 jours au lieu de 30), de manière plus espacée, et en utilisant l’eau de manière plus rationnelle. A Madagascar, grâce à cette technique, on peut atteindre de 10 à 20 tonnes de riz à l’hectare. Impressionnés, les Japonais qui n’en produisent actuellement que 8 tonnes, sont venus étudier le SRI.

C’est une technique totalement bio. Les paysans utilisent des variétés traditionnelles. Le SRI est compatible avec les bonnes pratiques traditionnelles. On est bien loin des engrais chimiques et des pesticides de synthèse. Les riziculteurs ne s’endettent pas, ils n’ont pas à investir dans des produits chimiques dangereux pour la santé.

En plus, quand des personnes qui n’ont pas eu la possibilité d’apprendre à lire se trouvent en possession de tels produits, elles risquent des empoisonnements.

Le SRI valorise un savoir-faire qui tend à disparaître. Il est une solution pour libérer les paysans des lobbies de l’industrie chimique et des OGM. Il permet aux paysans de produire davantage que ce dont ils ont besoin, ce qui augmente leurs revenus.

 

Un projet au village de Mandrosoa Antongon, pourquoi ? Quel lien avec le quartier d’Isotry ?

Il existe un lien très fort entre l’Association Gasy Mirindra du quartier d’Isotry et le village de Mandrosoa situé à une cinquantaine de km d’Antananarivo.

Certains y sont nés, d’autres possèdent de la famille et beaucoup de paysans de Mandrosoa font partie de la troupe Ira Gasy qui a son siège dans le quartier. Troupe d’Opéra Paysan qui pendant la saison d’hiver vont produire des spectacles dans les villages de Madagascar.

La vie est très dure à la campagne, il n’y a pas assez de terre pour nourrir toute la famille. Les jeunes vont tenter leur chance en ville, mais ils viennent souvent grossir les bidonvilles et y trouvent la misère.  

 

La situation au village de Mandrosoa

La situation foncière est la suivante : les paysans possèdent de petites parcelles de quelques ares, il n’y a pas de grandes exploitations.

Il n’y a pas assez de surfaces cultivables au regard de la densité de la population. Elles ne peuvent pas augmenter les récoltes tant qu’elles ne disposent pas plus de terres cultivables. Leurs récoltes permettent de nourrir leurs familles au maximum jusqu’au mois d’octobre.

Autre problème : au mois de mai, pendant la période des moissons, les paysans vendent le produit de leurs récoltes afin d’acheter des biens fondamentaux pour leurs familles : produits de première nécessité, vêtements, nécessaires pour la maison. Ils sont donc obligés de « brader » leur récolte à bas prix, soit sur le marché qui est à 11 km, soit à des collecteurs qui démarchent les villages avec des camions.

A partir du mois d’octobre, c’est la saison des pluies. Les villageois doivent alors racheter du riz, du manioc ou du maïs pour se nourrir et traverser la dure période cyclonique, et alors, payent ce riz 3 à 4 fois plus cher que le prix auquel ils ont vendu le produit de leur récolte !

.

Le système des Groupements Villageois

Ce système pourrait aider les villageois de Mandrosoa, il existe déjà dans d’autres villages de province : il consiste à créer des Greniers villageois collectifs, gérés associativement par des Groupements villageois.

Avec des Greniers villageois collectifs, c’est l’association des Groupements villageois qui achète de quoi remplir les greniers et constituer des réserves (ce qui permet aux paysans de vendre à l’association de leur village au lieu de vendre toute leur récolte ailleurs à bas prix). L’association des Groupements villageois peut aussi acheter du riz ailleurs pour remplir les greniers (par exemple à 100 km de Mandrosoa, la terre est très fertile, les récoltes sont nombreuses).

Puis, quand la période dure arrive, les villageois rachètent à l’association des Groupements villageois du riz, du manioc, etc., et ce, à un prix abordable pour eux.

Du fait de la « culture de corruption », malheureusement tout est possible à Madagascar, aussi, pour éviter tout détournement de fonds, tout accaparement de riz (pour spéculer, et le revendre) et toute tricherie, il convient d’établir un contrat par famille mentionnant le nombre d’enfants à nourrir. Ainsi L’association des Groupements villageois ne vend que la quantité nécessaire par jour ou par semaine.

 

D’autres activités peuvent s’intégrer dans ce fonctionnement, les femmes de Mandrosoa fabriquent des nattes et des paniers, l’Association Groupement villageois de Mandrosoa pourrait acheter cette production artisanale des femmes pour la vendre en ville, et parallèlement acheter le matériel nécessaire aux grossistes, pour le revendre aux paysannes - artisanes.

L’Association Groupement villageois de Mandrosoa pourrait aussi être l’interlocuteur des touristes désirant agir dans le cadre du voyage Madagascar Solidaire.

Les excédants de riz achetés par les greniers villageois pourront également être vendu à bas prix aux habitants du quartiers d’Isotry, tout comme la main d’œuvre saisonnière pourrait être recrutée dans ce même quartier, ce qui pourrait faire revenir quelques jeunes à la campagne.

 

Notre projet aura donc pour but de faire connaître et développer la technique de riziculture de l’association SRI, afin d’augmenter la production de riz et de susciter la création d’une Association de droit malgache Groupement villageois de Mandrosoa ayant pour première action la création de Greniers villageois collectifs et de permettre au habitants du quartier, d’acheter du riz à un prix raisonnable et pour certains de revenir au travail de la terre.

Avec cette méthode, l’aide que nous apporterons développera une activité durable, l’argent tournera, sera réinvesti et régénéré.

 

Déroulement de l’action :

Les sommes allouées par le SPF ont été versées aux adhérents début décembre 2009, elles ont pour but de les aider à investir dans la culture ou l’élevage de leur choix.

Ces sommes seront remboursées à la récolte, en mai,  à l’association de droit malgache Groupement villageois de Mandrosoa (FIMPAMPIMA) qui,  avec cet argent pourra acheter les produits des producteurs afin de stocker la quantité necessaire à la survit des habitants, et de vendre le reste sur les marchés.

La partie stocké sera revendu à bas prix en octobre.

Le Secours Populaire, prend également à sa charge le coût de la formation à la nouvelle technique de l’association SRI Madagascar.

 

Extrait d’une déclaration du bureau de l’association FIMPAMPIMA:

« A noter que chaque membre va payer une cotisation annuelle de 5000 ariary (un peu moins de 2 euros) pour couvrir les petits frais (mails, papiers, frais de taxis brousse et taxe administrative et pour fabriquer des cartes des membres etc.). Cette cotisation sera payée au moment de la récolte en même temps que le remboursement à l’association. Tout cela pour éviter les petites dépenses de l’association et pour que la recette de la récolte ne serve qu’aux greniers villageois et surtout pour que chacun des membres soient conscientisés, et se sentent responsables de leur association et de sa réussite. L’objectif est de faire tout pour que l’action dure et ne tombe pas en faillite. Il faut éviter la « mentalité d’assistés », faire en sorte que les gens évitent de penser aux « dons ». Il faut que l’argent donné soit régénéré, que les financements apportés par la solidarité internationale en l’occurrence par le Comité du SPF de Neuville sur Saône, soient reconstitués par la production. »
                                        
Nous rappelons que le financement de ce projet est lié uniquement à la vente de la vanille et de l'artisanat que nous rapportons de Madagascar.
Vanille-IMG_3532--50--.jpg
Plus que du commerce équitable, c'est du commerce solidaire, puisque l'intégralité des bénéfices sont reversés au projet.



   Une petite idée de cadeau, lors d'une visite,
   d'une fête, anniversaire etc...
   pour compléter un panier garnit...
   3 gousses de vanille 16/18,                5 €
   dans un sachet en papier Antaimoro   2 €


 

 

 

 

 

  Projets-8266--640x480-.JPG

 

Projets-8264--640x480-.JPG

Projets 8265 [640x480]

 

 

 

 

 

 

 

 Compte rendu de la réunion du 30 octobre 2010 à Mandrosoa.

 

 Les 43 adhérents étaient présents.

Sur la question du remboursement des sommes prêtées par l’association, il apparaît que rien n’a encore été remboursé.

La récolte de riz n’a pas été à la hauteur des espérances.

Normal puisque la méthode SRI n’a pas été pratiquée, en plus pendant la saison des pluies, il y a eu de violents cyclones et les récoltes ont subi de gros dégâts.

Les personnes qui ont investi dans l’élevage de porcs n’ont pas encore le fruit de leur récolte. La plupart ont acheté une truie.

Projets-7616--640x480-.JPG

Ont prend l’exemple de Emeline, qui a emprunté 400 000 ar, elle a acheté une truie 300 000 ar elle a eu 6 petits qu’elle engraisse actuellement, quand ils atteindront environs 60 kg dans quelques mois elle pourra les vendre 100 000 ar pièce pour rembourser l’association.

 

Projets-7831--640x480-.JPG

 


Projets-7833--640x480-.JPG

Par contre elle s'est  rendus compte qu’elle ne produisaient pas suffisamment de nourriture pour les animaux, il faut en acheter et cela coûte chère. Elle n'est donc pas sur de faire un peu de bénéfice.

 

 

 

 

 

 


C’est là que l’on se rend compte que l’on a mis la charrue avant les bœufs (pour reprendre une expression bien rurale).

Il aurai fallu commencer par la formation, car dans le centre d'Ambohimiadana, ils apprennent d’abord à se structurer, et à mettre en application des méthodes déjà expérimentées.

 

Cette réunion a été très instructive. Les gens du bureau sont très motivés, mais je me suis rendu compte que certains n’avaient pas compris ou ne voulaient pas comprendre le sens de notre projet.

 

Par exemple lors de la visite des rizières une personne me demandait si on pouvait financer des tuyaux pour l’adduction d’eau. Je lui ai dit que c’était au bureau de l’association de décider si c’était nécessaire et si cela correspondait à un besoin collectif, il m’a répondu que cela a été abordé mais que les gens ont voté pour la répartition de l’argent, sous forme de prêt.

 

Projets-7789--640x480-.JPG

Une autre personne ne voulait pas faire la formation mais voulait qu’on lui donne la somme correspondante.

J’en ai conclu qu’il était nécessaire de repréciser les objectifs de notre projet afin de ne pas perdre de vue la création des Greniers villageois.

 

En accord avec le bureau nous avons rédigés une charte, en malgache, que nous avons fait signer à tous les adhérents à la réunion suivante, qui a eu lieu le 11 décembre (voir traduction en français).

 

Il faut mettre avant tout l’accent sur la formation.

 

Il faut également organiser des travaux collectifs très souvent pour leur faire prendre conscience qu’il faut mettre les efforts en commun. Cela permettra aussi de faire le tri de ceux qui sont pour des actions et démarches collectives et ceux qui veulent rester dans une démarche individuelle.

 

A l’issue de cette première réunion trois personnes du bureau se sont portées volontaires pour m’accompagner au centre de formation (TAF) d’Ambohimiadana.

Projets 5593 [640x480]

         Visite au Centre de Formation.Le formateur Jean Baptiste, suivi de Félicien, Raymond  et Jacqueline.

 

 

Nous y avons passé deux journées. Ces deux jours ont été très intéressants, nous avons décidé de faire venir deux formateurs le 14 novembre pendant quatre jours à Mandrosoa, pour une première prise de contact.

Les paysans de Mandrosoa ont été très impressionnés par la réflexion qu’a le TAF sur la préservation et l’enrichissement naturel des sols et sur l’association des cultures pour leur permettre de produire en alternance des céréales et légumes tout le long de l’année.

Réflexion également sur la gestion des ressources, et face à l’insuffisance de riz, et la saison des pluies qui arrive de plus en plus tard, ils commencent à se préparer pour une autre façon de s’alimenter.

 

Projets-5634--640x480-.JPG

 

 

 

Projets-5587--640x480-.JPG

 

 

 

 

Projets-5643--640x480-.JPG            Jean de la croix et Jean Baptiste, formateurs au centre d'Ambohimiadana

 

 

 

 

 

Projets-5651--640x480-.JPG

               Félicien emporte quelques plantes pour repiquer dans sa terre.

 


Cinq paysans ont décidé de faire une formation pendant une semaine au centre de formation d’Ambohimiadana, à partir du 3 janvier 2011.

 

Plusieurs éléments laissent à penser que le projet va se développer.

 

  • Tout d’abord la volonté d’un groupe de paysans de mettre en commun leurs efforts.

 

  • Ensuite le projet de développement de la commune, le maire envisage de développer son village en constructions neuves et de créer un marché. Actuellement le marché le plus près est à 12 km. Pour s’y rendre il faut faire 2 km à pied pour prendre le taxi-brousse qui passe seulement le mercredi.

 

  • La possibilité d’avoir de nouvelles terres. 20 hectares sont disponibles dans une plaine au bord d’une rivière. Ces terres sont actuellement incultes car un gros propriétaire (un Français), qui possédait une trentaine d’hectares avait détourné la rivière à son profit. Il est depuis peu décédé et le nouveau propriétaire a rendu la rivière. Donc possibilité de cultiver mais en dehors de la saison des pluies car ces terres sont inondables.

 

  • Notre aide leur permet de prendre des risques, ce qu’ils n’auraient pas pu faire, car ils ont pour l’instant juste de quoi se nourrir et encore très difficilement.

Projets-7798--640x480-.JPG

              Ces terres ont été abandonnées à cause du tétournement de la rivière.

 

 

 

 

 

Projets-7807--640x480-.JPG

                  Le retour de la rivière vas permettre l'exploitation des terres.

 

 

Logo-FIMPAMPIMA

Logo secours pop.calque copie

 

 

 

PROJET DE DEVELOPPEMENT RURAL

ET DE GRENIERS VILLAGEOIS

 

 

Charte de fonctionnement

 

 

L’Association FIMPAMPIMA reçoit l’argent du Comité du Secours Populaire de Neuville sur Saône, une fois par année.

La somme est définie par le Comité du SPF en fonction de la recette générée par la vente de la vanille et des produits de l’artisanat Malgache.

L’Association FIMPAMPIMA par l’intermédiaire de son bureau est libre de l’utilisation des sommes allouées, dans le cadre de la présente Charte.

 

La somme perçue ne doit pas obligatoirement être répartie entre les adhérents. Le bureau doit faire des propositions pour une utilisation collective d’une partie de la somme, minimum 50 % (Achat de matériel, outils, graines, formation, aide à la scolarité des enfants à l’école publique, etc …).

Ces propositions doivent êtres débattues et votées par l’ensemble des adhérents.

 

Tous les membres de l’Association doivent être signataires de la Charte et être à jour de leur cotisation.

 

Les demandes de financement doivent faire l’objet d’une décision collective par le comité directeur élu, afin de garantir la transparence et l’équité de l’affectation de l’argent.

 

Toute somme allouée doit faire l’objet d’un plan de remboursement échelonné sur plusieurs mois, la somme ne devant pas dépasser 20 000 ariary (environ 8 €) par mois.

 

Les litiges de remboursements doivent être étudiés par le bureau et la décision soumise aux adhérents.

 

Chaque mois le comité directeur devra faire une réunion et informer les adhérents de tous les flux financiers (entrées et sorties d’argent, bénéficiaires, etc.)

 

Le cahier des comptes doit être à la disposition de toute personne désirant le consulter, en présence du trésorier et du président.

 

Le non respect de cette Charte peut entraîner l’exclusion de l’adhérent après concertation et vote de l’ensemble des adhérents.

 

Les aides allouées par le Comité du Secours Populaire seront soumises à l’exigence et au respect de cette Charte, à la bonne tenue et à la clarté des comptes, à l’évaluation et l’avancement du projet de développement rural et de greniers villageois.

 

 

Fait à Mandrosoa le :

 

 

Projets-8029.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Projets-7981.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets-7869--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets-7771--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets-7770--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets-7775--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets-7766--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets-7768--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets-7763--640x480-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Voir d'autres projets

2011 construction d'une école 

  Aménagement sanitaire

Accès à l'informatique

 

 

 

 


Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 13:06

 
                                                         

Création du premier accès des populations du quartier aux Nouvelles Technologies de l’Information & de la Communication : Equipement d’un « Cyber – local » : ordinateur, imprimante, scanner, téléphone (fixe, satellitaire, Telma), accès Internet (Wanadoo). Objectifs : accès à la culture et à l’information, soutien scolaire,  activité génératrice de revenus, renforcement de la Société Civile : développement des activités de l’association
Gasy Mirindra via les liens de la « Toile ».

 

L’action 2006 s’oriente sur un parrainage  de l'association afin de développer cette activité. Elle contribuera à rendre les adhérents autonomes pour gérer une activité économique et leur donner des moyens d’existences qui profiteraient à l’ensemble du quartier.

 

 

 

 

 

 Développer les activités de l’association.

  Jusqu’en 2005, l’association a bénéficié de la publicité faite dans le « Petit futé » mais elle est située dans un quartier réputé « dangereux et malsain pour les touristes ». Beaucoup hésitent à se rendre dans ce quartier.

Une contribution à ce soutien a été apportée avec le financement par le Secours populaire, du matériel de communication nécessaire :

  • Un poste téléphone fixe avec abonnement téléphonique
  • Un ordinateur avec un abonnement Internet, afin que l’Association dispose d’une adresse accessible rapidement.
  • Une imprimante pour imprimer des dossiers et courriers
  • Un scanner afin d’obtenir rapidement des photocopies de documents

  Une formation a été assurée par le Secours populaire aux animateurs de l’association Gasy Mirindra, afin de leur apprendre des bases de gestion associative et notamment à :

  • Tenir une comptabilité, gérer, et tenir un livre de comptes où apparaissent les recettes et les dépenses.
  • Renforcer le recrutement des adhérents avec une méthode de cotisations bon marché
  • Présenter un compte rendu de l’Assemblée Générale annuelle de l’Association.







Une séance de cinéma est offert aux enfants . Ils ont bien appréciés Kirkou et la sorcière, pour beaucoup c'est la première fois qu'ils allaient au centre culturel et qu'il voyaient un film sur un grand écran.














Préparation des sachets de friandises qui seront offerts au enfants par les bénévoles de l'association du quartier...










  Distribution de boissons et des sachets de friandises











































         On reconnait Ramilison (chemise bleu) au milieu des enfants...





























 









 





 

Repost 0
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 21:13


C'est avec le Secours Populaire de Neuville sur Saône en partenariat avec l'association Gasy Mirindra que nous avons décidé en 2004 de   mener un projet d'aménagement  sanitaire sur le quartier d'Isotry .

 
Logos.jpgCe projet  consiste à assainir le quartier, le protéger des fréquentes inondations, à la suite
des fortes précipitations pendant la saison des pluies.  La stagnation de l'eau favorise le développement microbien et  entraîne des  maladies.


Les travaux ont revêti trois aspects :

     - un aspect  d'aménagement sanitaire du quartier

- un aspect  de lutte contre la pauvreté, plutot d'atténuation de la pauvreté,

- un aspect de la mobilisation de la population du moins pour la communauté bénéficiaire de la réalisation et de la prise en charge du projet.

Les travaux ont été réalisés avec principalement les ressources existantes sur le plan local, en particulier la main d'œuvre et les matériaux disponibles sur place.

L'association a recruté un effectif de 35 personnes dirigées par une coordinatrice, avec parité de femmes.

L'outillage nécessaire ainsi que les matériaux ont été achetés par les partenaires du projet.

Après les travaux, l'outillage acquis dans le cadre du projet, a été remise à l'association  GASY Mirindra en vue de la réalisation des travaux d' entretien.

 Travaux_4750--800x600-.jpg

 

Les solidarités des pauvres avec les pauvres

 La famille Ramilison qui gère l'association «Gasy Mirindra" participe particulièrement à la mise en oeuvre de la solidarité des pauvres avec les pauvres. Ce groupe d'artistes mpihira gasy, composé pour une grande partie de paysans fait des représentations de chants et danses dans le pays pendant l'hiver austral (saison sèche). Les revenus des tournées sont modestes mais il permettent de faire vivre tant bien que mal le quartier.

Les mpihira gasy ont un rôle essentiel dans le quartier en termes de médiation et prévention des Conflits - Assistance sociale (adoption, la nutrition et scolarisation des enfants abandonnés), et éducation.

D'ailleurs il convient de rappeler que leurs oeuvres abordent des thèmes pédagogiques et éducatifs:

- la prévention du sida, la protection de l'environnement,

- la résistance à la culture de corruption, citoyenneté,

- l'importance de scolariser les enfants,

- contrôle des naissances, etc...

Travaux_4984--800x600-.jpgSignature du Projet, par Ando, Félix et Nicole ...

 

Travaux_6294-copie--800x600-.jpg   2004 Construction d'un bloc sanitaire  

 

 

l'ancien (ci Dessous) qui etait inondé pandant la saison des pluies.

Travaux_4781--800x600-.jpg

 

Travaux_4787--800x600--copie-1.jpgTravaux_4805--800x600-.jpg

 

Travaux_4792--800x600-.jpg

Travaux_4797--800x600--copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

   Nous avons  acheté sur place

    tout les matériaux

    nécéssaires à la construction.

 

Travaux_4806--800x600-.jpg

 

Travaux_7637--800x600-.jpg        Quartier inondé à la suite d'un orage 

 

   Lien Google maps:

 http://maps.google.fr/maps?t=h&hl=fr&ie=UTF8&ll=-18.906363, 47.513235 & spn = 0.002472,0.003449 & z = & lci = com.panoramio.all 18

 

 

Travaux_6353--800x600-.jpg

 

 

Travaux_6357--800x600-.jpg

 

 

Travaux_6360--800x600-.jpg          La stagnation de l'eau favorise le développement microbien ...


 

Travaux_0019--800x600-.jpg      En novembre 2005 nous entreprenons le curage du canal

 

 

Travaux_0007--800x600-.jpg

 

Travaux_0033--800x600-.jpg

 

Travaux_0044--800x600-.jpg       Remblaiement des parties inondables ...

 

Travaux_0048--800x600-.jpg

 

Travaux_0057--800x600-.jpg       Transport du remblaie avec les "soubika"

 

Travaux_0113--800x600-.jpg

 

Travaux_0111--800x600-.jpg


Travaux_0080--800x600-.jpg


Travaux_0075--800x600-.jpg


Travaux_0076.jpg

 

 

 

 

Travaux_0084--800x600--copie-1.jpg


Travaux_2310--800x600-.jpg

Fin du Projet d'aménagement sanitaire en 2007.

Il est depuis entretenue régulierement par les habitants du quartier,

Ils ont les pieds au sec pendant la saison des pluies.

          Ce Projet d'aménagement sanitaire, est entièrement financé

            avec la vente de la vanille que nous rapportons de

                           Mananara sur la côte Est.

          C'est  du tourisme solidaire que nous avons

               développé avec l'association "Gasy Mirindra"

                                                                          Voir le lien:Mananara Nord

          Merci aux personnes qui ont participées de près ou de loin au projet.

 

       Je pense biensur aux  bénévoles du Secours Populaire,

      qui ont acceptes ce projet et qui se mobilisent pour la vente de la vanille,

         mais aussi à toutes les personnes rencontrées au cours

         de mes périples et qui ont répondu à ma demande

                Prendre un peu de vanille dans leurs bagages .

          Depuis 2005  les touristes peuvent rapporter  2 kg de

               vanille dans leurs valises.        

       Merci à Didier Galand d'Evian,

Alain Weiss de Strasbourg,

Raymond Marion de LaTour du Pin

                   Emeline Mauro de la Celles Saint-Cloud,

          Patrice et Nathalie de Lyon

                    Rosy et J. Claude Bauman de Montanay

Patrick Peyraud de Roanne.

Voir d'autres projets:

icon_arrow.gif   Construction d'une école

icon_arrow.gif  Développement rural

icon_arrow.gif  Accès à l'informatique

      



var gtbTranslateOnElementLoaded;(function(){var lib = null;var checkReadyCount = 0;function sendMessage(message, attrs) { var data = document.getElementById("gtbTranslateElementCode"); for (var p in attrs) { data.removeAttribute(p); } for (var p in attrs) { if ("undefined" != typeof attrs[p]) { data.setAttribute(p, attrs[p]); } } var evt = document.createEvent("Events"); evt.initEvent(message, true, false); document.dispatchEvent(evt);}function checkLibReady (){ var ready = lib.isAvailable(); if (ready) { sendMessage("gtbTranslateLibReady", {"gtbTranslateError" : false}); return; } if (checkReadyCount++ > 5) { sendMessage("gtbTranslateLibReady", {"gtbTranslateError" : true}); return; } setTimeout(checkLibReady, 100);}gtbTranslateOnElementLoaded = function () { lib = google.translate.TranslateService({}); sendMessage("{EVT_LOADED}", {}, []); var data = document.getElementById("gtbTranslateElementCode"); data.addEventListener("gtbTranslate", onTranslateRequest, true); data.addEventListener("gtbTranslateCheckReady", onCheckReady, true); data.addEventListener("gtbTranslateRevert", onRevert, true); checkLibReady();};function onCheckReady() { var ready = lib.isAvailable(); sendMessage("gtbTranslateLibReady", {"gtbTranslateError" : !ready});}function onTranslateRequest() { var data = document.getElementById("gtbTranslateElementCode"); var orig = data.getAttribute("gtbOriginalLang"); var target = data.getAttribute("gtbTargetLang"); lib.translatePage(orig, target, onProgress);}function onProgress(progress, opt_finished, opt_error) { sendMessage("gtbTranslateOnProgress", {"gtbTranslateProgress" : progress, "gtbTranslateFinished" : opt_finished, "gtbTranslateError" : opt_error});}function onRevert() { lib.restore();}})(); (function(){var d=window,e=document;function f(b){var a=e.getElementsByTagName("head")[0];a||(a=e.body.parentNode.appendChild(e.createElement("head")));a.appendChild(b)}function _loadJs(b){var a=e.createElement("script");a.type="text/javascript";a.charset="UTF-8";a.src=b;f(a)}function _loadCss(b){var a=e.createElement("link");a.type="text/css";a.rel="stylesheet";a.charset="UTF-8";a.href=b;f(a)}function _isNS(b){b=b.split(".");for(var a=d,c=0;c<b.length;++c)if(!(a=a[b[c]))return false;return true} function _setupNS(b){b=b.split(".");for(var a=d,c=0;c<b.length;++c)a=a[b[c]||(a[b[c]={});return a}d.addEventListener&&typeof e.readyState=="undefined"&&d.addEventListener("DOMContentLoaded",function(){e.readyState="complete"},false); if (_isNS('google.translate.Element')){return}var c=_setupNS('google.translate._const');c._cl='fr';c._cuc='gtbTranslateOnElementLoaded';c._cac='';c._cam='lib';var h='translate.googleapis.com';var b=(window.location.protocol=='https:'?'https://':'http://')+h;c._pah=h;c._pbi=b+'/translate_static/img/te_bk.gif';c._pci=b+'/translate_static/img/te_ctrl3.gif';c._phf=h+'/translate_static/js/element/hrs.swf';c._pli=b+'/translate_static/img/loading.gif';c._plla=h+'/translate_a/l';c._pmi=b+'/translate_static/img/mini_google.png';c._ps=b+'/translate_static/css/translateelement.css';c._puh='translate.google.com';_loadCss(c._ps);_loadJs(b+'/translate_static/js/element/main_fr.js');})();
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de dédémada
  • Le blog de dédémada
  • : A la rencontre de la population Malagasy, découvrir Madagascar. S'impliquer dans le 'Tourisme Solidaire' avec l'association "Solidarité Mada" partenaire du Secours Populaire Français.
  • Contact

Profil

  • dédémada
  • Faire partager la passion que j'ai, pour ce pays et ses habitants.
  • Faire partager la passion que j'ai, pour ce pays et ses habitants.

Recherche

Pages